Royaume Maroc

Voyage, cuisine, artisanat marocain et babouche

Royaume Maroc

Voyage, cuisine, artisanat marocain et babouche

mai

06

Midi-Minuit Fantastique

POSTED BY IN Divers actu

No Comments

Edité par Éric Losfeld, Midi-Minuit  Fantastique (MMF pour les initiés)  fut la toute première revue française  sur le cinéma fantastique, totalisant  de 1962 à 1970, 24 numéros mythiques qui  sont devenus le Saint Graal des amateurs  d’horreur et d’érotisme vintage. Fondé par  Michel Caen, Alain Le Bris, .Jean-Claude  Romer et le précurseur Jean Boullet,  MMF dresse le tableau d’une cinéphilie  littéraire nourrie des romans de Sade  et d’Histoire d’0, de Bram Stoker et de  bandes-dessinées, car dans le conformisme  étriqué de la France Gaullienne, les  petits mickey sont également la cible des  biens pensants.

À l’heure où la critique s’enflamme pour les clapotis de Nouvelle  Vague, le s Midi-ministres ne jure que  par Terence Fisher, Mario Bava et Ricardo  Freda. Ils vénèrent Peter Cushing et  Christopher Lee, frissonnent devant la  vénéneuse Barbara Steele, icône absolue  de la revue. En couverture du n°1, un  loup garou hirsute étrangle une jeune  femme solidement poumonée. Ah! Les  actrices de la Hammer, Yvonne Romain,  Ingrid Pitt et l’opulente Marie Devereux,  surnommée la « countess of cleavage ›› (la  comtesse du décolleté) : qu’on ne vienne  pas me parler cinéma devant une aussi  belle paire de seins ! Dirigée par Michel  Caen et Nicolas Stanzick, cette intégrale  MMF (en 4volumes) est enrichie de photos  et de textes inédits. Plus qu’une simple  réédition, les numéros de la revue ont été  entièrement recomposés à Pidenúque à  partir de documents de meilleure qualité.  Un véritable fantasme d’iconographie pour  tous ceux qui rêvent les films avant et après  les avoir vu.

QUELQUES CITATIONS

« Il y a d’abord ce nom étrange, « Midi-  Minuit », un intitulé surréaliste qui frappe  direct à l’inconscient. L’heure zénithale du  chasseur de vampire et celle, symétrique,  propice au non-mort, bizarrement  fusionnées. L’heure impossible à laquelle,  peut-être, le nain-géant et la siamoise-  solitaire boivent rituellement leur bloody  mary tiré d’un pianocktail dont la musique  résonnerait dans l’obscure clarté d’une nuit  diurne. L’heure des dédoublements les plus  insensés… ››  « Merci, M. Fisher d’avoir rendu Dracula aux  cinéphiles de 20 ans ››

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>